Existence – Eric Reinhardt (Stock)

ExistenceAvec un titre aussi vague, on peut s’attendre à tout. Eh bien oui, tout peut arriver dans ce livre sorti de l’imagination flamboyante de Eric Reinhardt, qui suit les traces d’un certain Jean-Jacques Carton-Mercier, apparemment faisant partie de la classe des dominants, marié, deux enfants, une sorte de symbole même de ceux qui approchent le fait de notre société, et admirateur inconditionnel du philosophe le plus difficile à lire du XXème siècle, Wittgenstein. L’auteur suit sur la quadi-totalité du livre les pensées de Carton-Mercier dont la vie va exploser à la suite d’un achat de Bounty©… Tout l’édifice de sa vie va se disloquer en quelques heures.
L’originalité du récit est qu’il nait, la plupart du temps, des méandres accidentés de la pensée de Carton-Mercier. Eric Reinhardt écrit depuis l’intérieur du cerveau de son héros, sans suivre une particulière rationalité, mais au contraire en suivant, l’irrationalité des événements qui vont mettre à bas sa vie, l’irrationalité des personnages, son patron, son médecin, sa boulangère, sa femme, sa secrétaire, etc. qui ne font que rajouter le chaos à une situation tendue depuis le départ, sans compter quelques animaux plus morts que vivants. Cette élaboration du désordre est ponctuée de phrases de Wittgenstein, dont la rationalité est hors d’atteinte du lecteur ignare que je suis.

Ainsi résumé, ce livre semble être un aimable bordel… Mais ça l’est ! Et c’est ce qui en fait sa marque et son charme grâce à une écriture de méandres et de répétitions, de raccourcis ou de sauts. Est-ce un jeu formel brillantissime et un tantinet gratuit ? Ou une traversée en profondeur de l’absurdité de la condition humaine ? A vous de lire et de choisir.

( Ce livre est actuellement disponible à la bibliothèque de Pléhédel, parmi le fonds emprunté à la bibliothèque des Côtes-d’Armor )

AVT_Eric-Reinhardt_5502

Eric Reinhardt

 

(215)

Ce contenu a été publié dans Lectures, Roman, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.