Les Lisières – Olivier Adam (Flammarion)

« Entrer dans ce livre, c’est entrer dans une descente aux enfers, le narrateur, écrivain à succès, se retrouve devant sa propre fragilité, séparation, jalousie, son enfance malheureuse dans une banlieue populaire, la maladie et la vieillesse de ses parents.
A chaque rencontre avec d’anciens camarades, lui ait renvoyé sa propre image d’écrivain qui « invente la vie » mais  ne la vit pas. Tout au long du roman, comme filigrane, Olivier Adam s’interroge sur son rôle, sur la valeur de l’écriture face à aux difficultés actuelles de la société française.  Heureusement, au bout du chemin, peut-être la renaissance. »
Hélène Lecouvey-Guérin

Résumé : amazone.fr
Entre son ex-femme dont il est toujours amoureux, ses enfants qui lui manquent, son frère qui le somme de partir s occuper de ses parents « pour une fois », son père ouvrier qui s apprête à voter FN et le tsunami qui ravage un Japon où il a vécu les meilleurs moments de sa vie, tout semble pousser Paul Steiner aux lisières de sa propre existence. De retour dans la banlieue de son enfance, il va se confronter au monde qui l a fondé et qu’il a fui. En quelques semaines et autant de rencontres, c est à un véritable état des lieux personnel, social et culturel qu il se livre, porté par l espoir de trouver, enfin, sa place. Dans ce roman ample et percutant, Olivier Adam embrasse dans un même souffle le destin d un homme et le portrait d une certaine France, à la périphérie d elle-même.

(579)

Ce contenu a été publié dans Roman, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.