Les livres présentés pendant la « Rencontre autour des livres » du 24 avril (I)

(Cet article reprend l’essentiel des notes prises par Françoise Ledoux pendant cette réunion)
Arbre-Lyre2Cette rencontre a eu lieu comme d’habitude en fin d’après-midi à «  L’Arbre Lyre » (ancienne crêperie de Lanleff) chez Jean-Marie Philippart. Les participants ont été un peu moins nombreux que lors des précédentes rencontres, plusieurs personnes ayant signalé leur indisponibilité. Cependant onze personnes s’y sont retrouvées.  Le thème « indicatif » retenu était La littérature des îles proches ou lointaines, la possibilité étant toujours ouverte de parler d’autres sujets.

Les livres suivants ont été évoqués.

La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel – Romain PUERTOLAS (Le Dilettante).
La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour EiffelCet auteur a écrit auparavant l’histoire du fakir coincé dans une armoire IKEA.
Ce nouveau roman semble être de la même facture. Une petite fille marocaine est atteinte de mucoviscidose. Une femme française a connaissance de sa situation et a le projet d’aller la chercher au Maroc afin qu’elle puisse venir en France et y être soignée dans un hôpital à Paris. Seulement un certain volcan islandais nommé l’Eyjafjallajökull entre en éruption et paralyse toute la circulation aérienne. Il faudra trouver un autre moyen pour parvenir jusqu’au Maroc, peut-être même apprendre à voler ?

 

Profession du père – Sorj CHALANDON (Grasset)
Profession du pèreCet auteur est très apprécié par les lecteurs de la bibliothèque de Pléhédel qui possède plusieurs de ses précédents ouvrages (Mon Traître, Retour à Killibegs, Le quatrième mur).

Dans ce nouveau roman, Sorj Chalandon raconte l’enfance d’un garçon dont le père est psychopathe et mythomane et semble persuadé d’être la cible de complots multiples et divers. Le comportement  de ce père est très destructeur, il entraîne son fils dans ses délires et il lui fait subir des violences et des sévices. Malgré tout, l’enfant croit son père et il l’admire. La mère, quant à elle, apparaît comme passive, mise sous influence et n’intervient absolument pas pour protéger son fils.
Ce récit comporte de nombreux éléments autobiographiques.
La question se pose au lecteur : comment cet enfant fait-il pour s’en sortir ? Comment a-t-il pu devenir écrivain ? Qu’est ce qui lui a donné la possibilité d’être résilient ?

La petite femelle – Philippe JAENADA (Julliard)
la petite femelleCe livre relate l’histoire vraie de Pauline Dubuisson. Cette femme est née dans le nord de la France dans une famille socialement bien établie. Au moment de la guerre 1939-1945, elle est encore adolescente. Son père se révèle être un collaborateur convaincu qui amène sa toute jeune fille – elle n’a que 14 ans – à fréquenter les soldats allemands et à devenir la maîtresse de certains. A la Libération, Pauline Dubuisson sera tondue. Son père ne sera, lui, jamais inquiété par la justice et continuera sans problème sa vie de notable.

Après la guerre, Pauline fréquente un homme. Peut-être ont-ils l’intention de se marier. Leur relation n’est pas très facile. Un jour une tension particulièrement douloureuse survient. C’est alors que, dans des circonstances compliquées et confuses,le « fiancé » meurt. Pauline est immédiatement accusée de meurtre. Le jugement intervient dans les années 1960 : Pauline Dubuisson est condamnée à 18 ans de prison.

Philippe Jaenada  pense que le procès a été mené uniquement à charge. La presse s’en est mêlée également amenant l’opinion  publique à considérer Pauline comme coupable sans l’ombre d’un doute. D’ailleurs n’avait-elle pas des mœurs répréhensibles puisque elle avait été tondue ?
L’auteur a pour objectif de montrer que Pauline Dubuisson n’était vraisemblablement pas la meurtrière décrite par la presse et jugée par les tribunaux.
Le livre de Philippe Jaenada est par ailleurs construit comme un patchwork. A l’histoire de Pauline Dubuisson, il mêle des épisodes de sa propre vie, de celle de sa femme et ses réflexions personnelles.

Popa Singer – René DEPESTRE (Zulma)
popa singerCet auteur est un des poètes les plus représentatifs de la poésie haïtienne mais il est également romancier. Il a écrit ce livre récemment, à l’âge de 90 ans.
L’histoire se passe à Haïti. Dans le titre, Popa signifie mère, le nom de Singer  fait directement référence à cette machine à coudre.
Le personnage central du roman est un homme qui a été invité  à venir en visite chez le dictateur Papa Doc. Quelle que soit sa décision face à cette invitation, il n’y a aucune « bonne » réponse. Accepter comme refuser aura, de toute façon, de lourdes conséquences. Il choisit de refuser l’invitation. Le courroux du dictateur ne tarde pas. Toute la famille est éprouvée et elle se disloque. Le personnage principal se retrouve isolé, il est poursuivi par la police du régime dictatorial. Il tente de s’enfuir.
Ce roman est représentatif de l’atmosphère particulière qui imprègne la littérature haïtienne, c’est-à dire ce mélange de violence extrême, d’éléments surnaturels faisant référence au vaudou et de situations tout à fait burlesques.

L’Elégance du hérisson  – Muriel BARBERY (Gallimard)

L'élégance du hérissonC’est l’histoire de Renée, une femme âgée de 54 ans qui est une érudite autodidacte. Elle fréquente assidûment la bibliothèque de son quartier et a lu tous les grands auteurs classiques. Elle occupe cependant un emploi de concierge  et elle s’applique à se comporter comme une concierge ordinaire vis à vis des habitants de cet immeuble  huppé de la rue de Grenelle à Paris. Ces deniers  se montrent d’ailleurs plutôt condescendants vis à vis de leur concierge.
Paloma,  gamine surdouée de 12 ans, habite là avec ses parents, elle refuse le monde des adultes et a le projet de se suicider le jour de ses 13 ans et de mettre le feu à l’immeuble. Une relation complice s’amorce entre l’adolescente et la concierge.
Puis apparaît un japonais nommé Karuko Ozu (il est parent avec le cinéaste du même nom). Cet homme va provoquer des changements surprenants.
Ce roman a été peu remarqué par la critique lors de sa parution en 2006. Mais le public l’a largement plébiscité et le bouche à oreille en a fait un surprenant succès de librairie plusieurs fois réédité. Un film a été tourné avec Josiane Balasko dans le rôle de Renée.

Mort d’une héroïne rouge – QIU XIAOLONG (Points)

Mort d'une héroïne rougeC’est le premier roman, paru en 2001, de cet auteur chinois qui a écrit une série de polars se déroulant à Shanghai et mettant en scène l’inspecteur Chen Cao, membre du Parti communiste. Ces livres évoquent le mode de vie des Chinois dans une société de plus en plus gangrenée par le pouvoir de l’argent et la corruption, mais également les plaisirs de la gastronomie chinoise.

Un autre titre de cet auteur, Dragon bleu Tigre blanc, est disponible à la bibliothèque de Pléhédel.

 

 

Les îles d’Aran – John Millington Synge publié en 1901 en Irlande

Les îles d'Aran - John Millington SyngeSynge est un écrivain né en Irlande en 1871. Issu d’une famille protestante, il a fait des études à Trinity College à Dublin. Il s’est intéressé aux modes de vie des populations catholiques pauvres qui vivaient dans les campagnes et sur les côtes de l’ouest de l’Irlande. Il a été amené à visiter les îles d’Aran situées dans la baie de Galway et à y séjourner à plusieurs reprises à partir de 1898. Il a décrit la vie très éprouvante des habitants de ces îles. Il leur fallait fertiliser leurs parcelles à l’aide de goémons prélevés sur les côtes pour obtenir une maigre récolte de pommes de terre. La pêche, rendue extrêmement périlleuse du fait de la fragilité des embarcations et de la violence de la mer, complétait quelque peu leur alimentation. Synge a appris le gaélique pour mieux comprendre ces îliens qui ne parlaient pas anglais.
Synge a été l’un des fondateurs du théâtre de l’Abbaye à Dublin. Certaines des pièces qu’il a écrites et qui y furent représentées, mettent en scène les paysans catholiques de l’Irlande rurale. Il a inauguré un nouveau style de littérature. Sa démarche littéraire a été poursuivie par l’écrivain Liam O’Flaherty, lui-même né en 1896 sur l’île d’Inismore (une des 3 îles d’Aran). Plus tard, le cinéaste Robert O’Flaherty réalisera, en 1934, un film L’Homme d’Aran, qui mettra en image ce que Synge avait décrit quelques dizaines d’années auparavant.

L’île des oubliés – Victoria HISLOP (Editions Escales)
L'île des oubliés - Les EscalesCe roman écrit par cette romancière britannique est paru en 2005 en Angleterre et a été traduit en français en 2012. Il a connu un très large succès international.

Il évoque une petite île nommée Spinalonga située au large de la Crète. C’est sur cette île que pendant plusieurs décennies les personnes porteuses des symptômes de la lèpre étaient mises à l’écart de la société afin de protéger la population. Victoria Hislop raconte comment peu à peu les malades ont pu recréer une vie sociale sur cette île où ils étaient enfermés à vie, construire des maisons , une école, une bibliothèque, une mairie, cultiver des légumes dans leurs jardins, fleurir le village etc, et y vivre entre eux dans une certaine harmonie malgré la maladie inexorable. La lèpre a peu à peu régressé et, les progrès de la médecine aidant, l’île a pu être fermée et certains de ses habitants ont pu la quitter guéris.

Victoria Hislop a écrit d’autres romans disponibles à la bibliothèque de Pléhédel :
Le fil des souvenirs  sur la ville de Thessalonique et les transferts de population entre la Grèce et la Turquie dirigée par les Jeunes Turcs au début du XXème siècle,
Une dernière danse  sur la guerre civile espagnole,
La ville orpheline sur la séparation de l’île de Chypre en deux parties l’une turque, l’autre grecque.

Yeruldelgger – Ian MANOOK (Albin Michel)
yeruldelggerIan Manook est en fait l’écrivain Patrick Manoukian. Ce livre est un polar qui se déroule à Oulan-Bator capitale de la Mongolie. Yeruldelgger est le nom de l’inspecteur de police, héros principal du roman. Il arrive tout un tas d’aventures à ce personnage qui doit traverser bien des épreuves et se confronter à des individus sans scrupules extrêmement violents. Cependant ce livre nous apprend beaucoup de choses sur la Mongolie moderne du XXIème siècle et les différents problèmes auxquels ce pays est confronté dans la globalisation galopante de l’économie mondiale. Les images des immenses paysages magnifiques demeurent mais la vie dans les faubourgs d’Oulan-Bator ne semblent pas l’être du tout.

 

Envoyée spéciale – Jean ECHENOZ (Les Editions de Minuit)
Envoyée spéciale - Jean ECHENOZCe dernier livre de Jean Echenoz est une histoire plutôt burlesque.
C’est l’histoire d’une jeune femme nommée Constance. Elle est enlevée à Paris près de son domicile à côté du Trocadéro et séquestrée quelque part dans la Creuse. Elle semble bien supporter sa détention. Parallèlement, son mari ne semble pas s’inquiéter outre mesure de sa disparition, il trouve à s’occuper par ailleurs. Les ravisseurs envoient par la suite Constance en Corée du Nord pour y accomplir une sorte de mission d’espionnage.
Ce roman apparaît comme un tableau plutôt cocasse de notre époque.

A été aussi évoquée la trilogie de Peter MAY qui se déroule sur les îles Hébrides extérieures : L’île des chasseurs d’oiseaux, L’Homme de Lewis, Le braconnier du lac perdu

Des îles irlandaises aux îles bretonnes… – De Ouessant à l’île de la Réunion…
Une discussion entre les participants a aussi porté sur les expériences personnelles de chacun de vie sur une île : sentiment d’isolement dans un espace fini et clos par la mer, sentiment d’enfermement dont on a besoin de s’échapper, sentiment d’être dans un lieu protégé que l’on ne veut pas quitter, vie en autarcie et/ou dépendance vis à vis du continent, place des hommes et places des femmes dans les sociétés insulaires du passé, désertification des îles au XXIème siècle pourtant assaillies par les touristes en période estivale.

 

(77)

Ce contenu a été publié dans Lectures, Les manifestations, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *