La Trilogie l’Homme de Lewis – Peter May (Editions du Rouergue)

-L’ILE DES CHASSEURS D’OISEAUX
-L’HOMME DE LEWIS
-LE BRACONNIER DU LAC PERDU

Le roman de Peter May intitulé  » L’Homme de Lewis » a remporté le prix de Télégramme 2012.
La grande publicité faite à cet ouvrage nous a conduit à l’acheter au mois de juillet.
Effectivement, après l’avoir lu, on comprend le pourquoi de ce plébiscite.
L’auteur nous fait voyager en Ecosse, à Edimbourg et à Glasgow puis sur les îles Hébrides.Les descriptions des paysages sont sublimes et rendent une atmosphère bien palpable. On s’y croirait et ce d’autant plus que sont dépeints des éléments qui nous sont quelque peu familiers : la pluie, le vent ,la mer tumultueuse, les ciels tourmentés , les éclaircies etc….
Mais l’intérêt de ce roman ne réside pas uniquement dans la beauté du décor, l’intrigue est tout à fait prenante. Elle met en scène le mode de vie des habitants de ces îles balayées par les tempêtes dans les années passées et son évolution vers la modernité. Elle évoque le sort réservés autrefois aux orphelins et leurs destins souvent tragiques. Le héros Fin MacLeod ( le flic qui mène l’enquête et qui est lui même originaire des îles Hébrides) est extrèmement attachant (on retrouve un peu du Wallander de Mankell ) et à la fin du livre on n’a pas envie de le quitter. Cela tombe bien car en fait « L’Homme de Lewis » est le deuxième volet d’une trilogie.

Le premier volet s’intitule « L’île des chasseurs d’oiseaux ». Fin MacLeod revient sur lîle de Lewis après 18 ans d’absence pour y mener une enquête criminelle: un de ses amis d’enfance s’est fait assassiné. Cette intrigue policière est surtout le pretexte pour relater  le contexte difficile  de l’enfance et de l’adolescence de Fin MacLeod et plus particulièrement la tradition de la chasse aux poussins de fous de bassan sur un îlot inhospitalier perdu en plein océan , d’où le titre du roman. Qui connait l’île Rouzic au large de Perros Guirec peut aisément se representer le cadre de cette chasse. Ce récit renforce tous les éléments  apparus dans l’Homme de Lewis » et l’éclaire en quelque sorte. Cependant il n’est pas absolument nécessaire de lire ces deux livres dans l’ordre. Ce premier tome de la trilogie se lit avec autant de plaisir que le deuxième et donne également envie de se plonger dans le troisième volet intitulé « Le braconnier du lac perdu. »
Les trois tomes de la trilogie sont disponibles à la bibliothèque.

Françoise Ledoux

(601)

Ce contenu a été publié dans Roman policier, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.